Gynécologue Stérilité Fertilité
Les causes de stérilité - infertilité du couple
-
-

Retour à la page précédente
-
-
Docteur Benchimol
Gynécologue Obstétricien
Paris France
-
Dernière
Mise à jour
28.07.2008
-
E-MAIL du Dr Benchimol
-
-
-

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour en haut de la page

Définitions

 

La fertilité correspond à la capacité pour un couple de concevoir (débuter une grossesse). On parle d’infertilité lorsqu’au terme d’un an de rapports sexuels réguliers et non protégés, ne survient toujours pas de grossesse. La fertilité d’un couple dépend de la fécondité des deux membres du couple.

 

La stérilité correspond au sens strict du terme à un état définitif et irréversible pour un couple d’avoir un enfant. Ce terme ne peut être employé qu’à la fin de toute vie reproductive ou en cas d’échec de toute thérapeutique. Il est souvent confondu et utilisé avec le terme infertilité.

 

Lorsqu’un couple consulte pour la première fois pour le désir d’un enfant qui tarde à venir, il s’agit la plupart du temps d’une infertilité et non d’une stérilité. Au terme d'un bilan de stérilité, souvent, la cause est retrouvée et un traitement est alors proposé.

 

On parle d’infécondité primaire si aucune grossesse n’a jamais eu lieu au sein du couple et d’une infécondité secondaire si une ou plusieurs grossesses évolutives ou non est/sont intervenue/s (enfant vivant, fausse couche spontanée, interruption volontaire de grossesse, grossesse extra-utérine).

 

Un couple sur sept (16%) consultera au cours de sa vie reproductive pour des difficultés à concevoir. Dans 35 % des cas l’infertilité est d’origine féminine, dans 25 % des cas d’origine masculine, dans 35 % des cas d’origine mixte. Dans les 8 % restants, le  bilan d’infertilité du couple est normal. On parle alors d’une stérilité inexpliquée ou stérilité idiopathique.

 

 

Causes de stérilité féminine

 

Les anovulations (absence d’ovulation) ou dysovulations (trouble de l’ovulation)

 

Il s’agit d’une cause fréquente d’infertilité d’origine féminine (32%). Ce diagnostic est évoqué devant l’existence d’une aménorrhée (absence de règles) ou de spanioménorrhée (irrégularités menstruelles).

  • Syndrome des ovaires polykystiques
  • Hyperprolactinémie (4%)
  • Causes hypophysaires (causes tumorales ou malformation)
  • Causes hypothalamiques (causes congénitales, tumorales ou malformation)
  • Insuffisance ovarienne primitive
  • Causes suprahypothalamiques (cause psychogène ou nutritionnelle, anorexie mentale)
  • Tumeurs ovariennes
  • Pseudohermaphrodisme masculin
  • Endocrinopathies périphériques extra gonadiques (glande thyroïde, glandes surrénales).

 

Stérilité d’origine tubopéritonéale

 

Il s’agit d’une cause fréquente d’infertilité féminine (26%). Ce diagnostic est évoqué devant l’existence d’antécédents d’infection sexuellement transmissible ou de chirurgie pelvienne.

  • Obstruction tubaire ou « trompes bouchées » (séquelles de maladies sexuellement transmissibles à chlamydiae ou gonocoques, salpingite, pelvipéritonite) ; infections du post-partum (après un accouchement) ou du post-abortum (après un avortement) ; après manoeuvre intra-utérines (stérilet, curetage, etc.) ; appendicite avec péritonite ; tuberculose uro-génitale
  • Adhérences pelviennes (post infectieuses ; post-opératoires ; endométriose)
  • Malformation congénitale des trompes (après exposition in utero au Distilbène DES).

 

Endométriose (4%)

 

Stérilité d’origine utérine (4%)

 

 

Stérilité d’origine cervicale (4%)

 

  • Causes iatrogènes (conisation, laser, curetage, etc...)
  • Malformations congénitales du col utérin
  • Fibromes ou polypes
  • Infection (cervicite)
  • Causes immunologiques (anticorps anti spermatozoïdes)
  • Hyperacidité de la glaire cervicale (la glaire cervicale devient imperméable au passage des spermatozoïdes).

 

Stérilité d’origine vulvo-vaginale

 

  • Malformations congénitales du vagin ou de la vulve
  • Vaginisme (contraction des muscles de la vulve).

 

 

Causes de stérilité masculine

 

 

Hypogonadismes hypogonadotropes

 

Il s’agit d’une insuffisance de fonctionnement des testicules, due à un trouble de leur contrôle hormonal.

  • Déficits congénitaux de la sécrétion de l’hormone LHRH (GnRH) qui est normalement fabriquée par l'hypothalamus
  • Facteurs psychiques et nutritionnels
  • Syndromes polymalformatifs
  • Maladies générales chroniques
  • Tumeurs, infections ou traumatismes du système nerveux central
  • Causes iatrogènes (chirurgicales, pharmacologiques, chimiothérapie, radiothérapie).

 

Insuffisance testiculaire primaire hyper ou normogonadotrope

 

Il s’agit d’une anomalie de la production des spermatozoïdes au niveau des testicules.

  • Anomalies chromosomiques (syndrome de Klinefelter 47XXY, mosaïques, translocations, inversions, microdélétions du chromosome Y etc.)
  • Tumeurs testiculaires (tumeurs bénignes et cancers)
  • Cryptorchidie (anomalie de position du testicule qui n'est pas au fond de la bourse)
  • Orchite (infection du testicule par des virus, celui des oreillons par exemple)
  • Torsion du cordon spermatique entraînant une nécrose ischémique testiculaire (trouble de la vascularisation du testicule)
  • Varicocèle (dilatation de veines autour du testicule)
  • Traumatismes testiculaires (coup de pied, accident de vélo ou de voiture)
  • Infection généralisée virale ou bactérienne, états fébriles
  • Antécédent de chirurgie (hernie inguinale, torsion du cordon spermatique)
  • Antécédent de radiothérapie ou de chimiothérapie
  • Exposition professionnelles et environnementales à des toxiques : insecticides, métaux lourds, herbicides (agents anti spermatogéniques)
  • Exposition professionnelle à la chaleur (sidérurgiste, métallurgiste, boulanger)
  • Exposition professionnelle aux radiations ionisantes
  • Alcool, drogues, tabac
  • Syndromes polymalformatifs.

 

Causes obstructives par anomalies du transport des spermatozoïdes : obstruction ou absence des voies spermatiques

 

Les canaux qui acheminent les spermatozoïdes des testicules vers l'urètre peuvent être obstrués (bouchés) ou absents.

  • Malformations congénitales de la voie séminale : absence des canaux déférents associée à des anomalies rénales
  • Anomalies génétiques avec agénésie des canaux déférents (gène de la mucoviscidose CFTR)
  • Séquelles d'infections génitales ou urinaires
  • Tumeurs des voies excrétrices (tumeurs de l’épididyme)
  • Antécédent de chirurgie (post vasectomie) ou de radiothérapie pelvienne
  • Tumeurs.

 

Pathologie prostato-vésiculaire

 

  • Infections de la prostate et des vésicules séminales (épididymite, déférentite, vésiculite, prostatite, urétrite)
  • Malformations congénitales
  • Tumeurs de la prostate (bénigne ou maligne).

 

Causes immunologiques (2%)

 

  • Production d’anticorps anti spermatozoïdes (auto-immunisation).

 

Anomalies de la structure ou de la mobilité des spermatozoïdes

 

  • Anomalies spécifiques de la tête spermatique (globozoospermie, microcéphalie)
  • Anomalies structurales du flagelle (syndrome des cils immobiles).

 

Troubles du comportement sexuel

 

  • Troubles de l’érection (impuissance)
  • Anéjaculations : éjaculation rétrograde (absence d’éjaculat, existence d’un orgasme, présence de spermatozoïdes dans les urines); orgasme sans éjaculation (éjaculation sèche: absence d’éjaculat, absence de spermatozoïdes dans les urines); anéjaculation sans orgasme (absence d’éjaculat, absence de spermatozoïdes dans les urines)
  • Ejaculation prématurée ante portas (éjaculation avant pénétration).

 

Causes idiopathiques

 

Une cause à l'infertilité masculine est retrouvée dans 50 à 60 % des cas à la suite de tous les examens pratiqués. Lorsqu'aucune cause n'est retrouvée on parle d'infertilité masculine « idiopathique ». Dans ces cas, les causes de l'anomalie spermatique restent inconnues.