Courbe de température - Courbe ménothermique
-
-

Retour à la page précédente
-
-
-
Dernière
Mise à jour
10.12.2006
-
E-MAIL du Dr Benchimol
-
-
-

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour en haut de la page

Définition

 

Méthode simple et peu coûteuse permettant de présumer de la survenue, de la date et de la qualité d’une ovulation.

 

 

Physiologie

 

L’ovulation qui survient habituellement au quatorzième jour du cycle menstruel est suivie de la formation d’un corps jaune dans l’ovaire. Le corps jaune sécrète de la progestérone (prégnénolone), dont le rôle est de préparer l’endomètre à la nidation de l’oeuf. La progestérone est dotée de propriétés thermogéniques et provoque donc l’ascension thermique.

Elle est normalement sécrétée par le corps jaune pendant toute la phase lutéale (deuxième partie du cycle) qui dur 10 à 14 jours.

 

 

Indications

 

L’établissement d’une courbe de température permet :

  • l’exploration d’un couple infertile afin d’apprécier d’une façon simple la présence ou l’absence d’une ovulation, sa date de survenue et sa qualité
  • de déterminer la période de fécondité de la femme afin d’augmenter les chances de grossesse
  • de connaître avec précision la phase du cycle afin de pratiquer au bon moment certaines explorations complémentaires
  • lors de la surveillance d’un traitement inducteur de l’ovulation (monitorage de l’ovulation) d’apprécier son efficacité et de programmer les rapports sexuels.

 

Il est important de savoir que la prise quotidienne de la température dans un contexte d’infertilité peut affecter la sexualité du couple en rendant l’acte sexuel plus « médicalisé ».

 

 

Comment effectuer une courbe de température ?

 

Pour que la courbe soit fiable, il est important de respecter certaines conditions :

  • débuter dès le premier jour des règles
  • prendre la température rectale tous les matins, au réveil, avant le lever, si possible à la même heure
  • utiliser le même thermomètre.

 

La température est ensuite reportée sur un graphique gradué au dixième de degré près, sous la forme d’un point. Sur le même graphique sont mentionnés les dates des règles, les dates des rapports sexuels, la survenue d’une fièvre ou d’un saignement. Le premier jour du cycle correspond au premier jour des règles.

A la fin du cycle, relier les différents points entre eux. La courbe de température doit être effectuée pendant 2 à 3 cycles.

 

 

Interprétation

 

Une courbe de température normale comporte 4 phases :

  • première phase, plate, correspond à la phase de croissance folliculaire. L’ovulation survient au dernier jour de cette phase, qui est généralement le plus bas de la courbe (Nadir). De ce fait, on ne connaît la survenue d’une ovulation qu’à posteriori.
  • phase d’ascension thermique, de 3 à 5 dixièmes de degré.
  • phase de plateau thermique, elle dure 10 à 12 jours. En cas de grossesse, cette phase se prolonge et dépasse 16 jours parallèlement au retard des règles.
  • phase de chute de la température, qui survient la veille ou pendant les premiers jours des règles.

 

Il n’existe pas de température de base « normale ». Ce qui compte c’est la survenue d’un décalage thermique (courbe dite alors "biphasique"). On sait aujourd’hui que l’interprétation d’une courbe de température peut être imprécise car la survenue réelle d’une ovulation peut être décalée de 3 à 4 jours par rapport au dernier jour de la première phase.

 

L’interprétation d’une courbe peut être erronée chez une femme qui travail la nuit, qui prends certains médicaments (progestérone) ou qui est malade avec de la fièvre.

 

Une courbe dont l’ascension thermique est tardive, associée à un plateau thermique court, évoque une dysovulation (ovulation de mauvaise qualité).

Une courbe plate, sans ascension thermique, évoque une anovulation (absence d’ovulation).

 

Des cas de courbe « monophasique » avec présence d’une ovulation ou de courbes « biphasiques » sans ovulations ont été rapportés, mais ils sont rares.

 

 

IMPRIMER une courbe de température

 

Exemples

 

 

Courbe normale, biphasique : Ovulation

 

 

 

Plateau thermique court : Dysovulation

 

 

 

Courbe monophasique : Anovulation