Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Définitions

La grippe porcine (grippe mexicaine) est une maladie infectieuse respiratoire aigue contagieuse, provoquée par un des sous types du virus grippal porcin. La pandémie grippale de 2009 est causée par un nouveau sous type du virus A (H1N1) qui n’a jamais infecté l’espèce humaine auparavant.

Le virus de la grippe porcine diffère de celui de la grippe saisonnière A (H1N1) d’origine strictement humaine par son origine, qui résulte de phénomènes de recombinaisons à partir de virus de porc, de virus aviaire et de virus humain.

Epidémie : propagation rapide d’une maladie infectieuse à un grand nombre de personnes.

Pandémie : épidémie qui s’étend à une population entière, à un voire à tous les continents.

Virus grippal (Influenza virus) : les virus grippaux se répartissent en 3 types : A, B et C. Seul le virus A peut être responsable de pandémies.

Virulence : capacité d’un virus ou d’un autre agent infectieux d’induire une maladie grave.

Contagiosité : capacité d’un virus ou d’un autre agent infectieux d’être transmis d’une personne à l’autre.

Cas possible de grippe A (H1N1) (Institut de veille sanitaire, 7 juillet 2009) : Un cas possible de grippe A(H1N1) est une personne présentant un syndrome respiratoire aigu à début brutal:

  • signes généraux : fièvre >38° ou courbature ou asthénie ;
  • et signes respiratoires : toux ou dyspnée.

Cas confirmé de grippe A (H1N1) (Institut de veille sanitaire, 7 juillet 2009) : cas pour lequel une infection liée au nouveau virus grippal de type A(H1N1) a été identifiée par les CNR-grippe ou les laboratoires agréés.

Ce chapitre n'est pas exhaustif et s'intéresse plus particulièrement au cas de la femme enceinte.

 

Epidémiologie

Les premiers cas de grippe porcine ont été diagnostiqués au Mexique et aux Etats unis le 26 avril 2009.

Sa propagation a été par la suite très rapide, considérée comme une épidémie par l’OMS à partir du 29 avril 2009 et comme une pandémie à partir du 11 juin 2009. La virulence du virus est qualifiée de "modérée".

L’âge des patients atteints par le virus est plutôt jeune. Environ 40 % d’entre eux ont entre 10 et 18 ans et 5 % seulement ont plus de 50 ans.

Les formes les plus graves touchent essentiellement les sujets âgés de moins de 60 ans, probablement du fait que les personnes plus âgées sont mieux protégées du fait d’infections grippales passées.

Dans la grande majorité des cas, il s’agit de symptômes mineurs et transitoires. Le taux de décès par la grippe porcine est évalué actuellement à 2 à 3 pour 1000 malades.

Environ 9 % des malades sont hospitalisés. La moitié des malades hospitalisés nécessite une prise en charge en soins intensifs.

Il semble depuis la fin septembre 2009 que le nombre de nouveaux cas soit en diminution.

 

Risques chez la femme enceinte

Le 29 juillet 2009, la revue américaine "The Lancet" publie un article afin d’attirer l’attention vers le cas particulier des femmes enceintes.

Cet article collige les différentes publications venant de plusieurs pays et constate qu’environ 6 % des cas mortels liés à grippe porcine sont survenus chez des femmes enceintes. Elles soufrent donc 5 fois plus de complications liées à cette infection que les autres sujets.

La période de vulnérabilité se situe essentiellement aux 2ème et 3ème trimestres de la grossesse. Une augmentation du risque de fausse couche et de mort fœtale in utero est également évoquée.

L’OMS classe alors les femmes enceintes (le 31 juillet 2009) comme une catégorie à risque de développer une forme sévère de grippe porcine en cas d’infection et recommande dans les régions pandémiques :

  • une vigilance particulière des femmes enceintes et de leurs médecins traitants lors de la survenue de signes cliniques évocateurs d’une grippe ;
  • l’administration d’un traitement antiviral (Ozeltamivir - Tamiflu® ; Zanamivir - Relenza®) le plus rapidement possible, de préférence dans les 48 heures suivant l’apparition des signes cliniques et avant même la confirmation du diagnostic par les examens complémentaires ;
  • de vacciner les femmes enceintes dès que la vaccination est disponible sur le marché.

En présence de signes respiratoires, un syndrome fébrile doit entraîner une consultation hospitalière dédiée avec prise en charge obstétricale concomitante.

Il est recommandé alors de :

  • réaliser un prélèvement nasopharyngé pour une recherche virologique ;
  • mettre sous traitement antiviral curatif par oseltamivir, quel que soit le trimestre de grossesse et la présence ou non de facteurs de risque.

L’hospitalisation en secteur dédié d’une femme enceinte présentant un syndrome fébrile associé à des signes respiratoires est conseillée dans les cas suivants :

  • présence de signe(s) de gravité maternelle ou foetale et/ou ;
  • présence d’un facteur additionnel de risque de grippe grave et/ou ;
  • suspicion de surinfection bactérienne respiratoire haute ou basse et/ou ;
  • doute sur un autre diagnostic associé.

 

En cas d’allaitement

L’allaitement maternel joue un rôle protecteur pour l’enfant. Le lait contient des anticorps maternels et réduit le risque de maladie respiratoire chez le nourrisson. Il augmente ses défenses immunitaires.

 

Mode de transmission

Le virus A (H1N1) est très contagieux. La transmission interhumaine est possible par voie :

  • directe, aérienne, par inhalation des gouttelettes infectées émises lors d’une toux ou d’un éternuement chez une personne malade ;
  • directe, par contact rapproché avec une personne infectée (lorsqu’on l’embrasse ou lui serre la main) ;
  • indirecte, par contact puis absorption à partir des mains (manu portée) ; de surfaces ou d’objets souillés par une personne malade.

Il n’a pas été démontré que la grippe A (H1N1) puisse être transmise à l’homme par l’ingestion de viande de porc ou de ses produits dérivés correctement manipulés et préparés.

 

Période d’incubation

Elle va de 2 à 7 jours.

 

Grippe porcine - Maladie - Symptômes

Les symptômes de la grippe porcine observés chez les malades sont par ordre de fréquence les suivants :

  • Fièvre 94 % ;
  • Toux 92 % ;
  • Mal de gorge 66 % ;
  • Vomissements 25 % ;
  • Diarrhées 25 %.


Les autres signes cliniques sont la perte d’appétit, un état de fatigue, des douleurs articulaires, courbatures musculaires et des céphalées (mal de tête).

 

Quand consulter un médecin - Signes de gravité - Signes cliniques

La survenue d’un ou de plusieurs de ces signes peut signaler l’évolution de la maladie vers une forme sévère et doit faire absolument l’objet d’une consultation hospitalière spécifique (via le 15 du département) :

  • Respiration plus brève et plus rapide (tachypnée) ;
  • Difficulté à respirer (dyspnée) ;
  • Coloration bleuâtre de la peau (cyanose) ;
  • Expectoration de sang (hémoptysie) ;
  • Douleur thoracique ;
  • Altération de l’état de conscience ;
  • Fièvre élevée persistante pendant plus de 3 jours ;
  • Baisse de la tension artérielle (hypotension artérielle).

Le décès par la grippe porcine est souvent lié à une surinfection bactérienne pulmonaire par le Pneumocoque.

 

Diagnostic

Il existe un test à l’institut pasteur permettant le diagnostic du virus A (H1N1) en une demi-journée. Le diagnostic se fait par un prélèvement nasopharyngé. Ce prélèvement n'est pas systématique mais est effectué lorsqu'une hospitalisation se révèle nécessaire avant la mise en place du traitement antiviral.

 

Prévention

Pour se protéger de la grippe porcine, il faut éviter sa transmission en adoptant certaines mesures d’hygiène :

  • Eviter tout contact avec une personne malade ;
  • Se laver régulièrement les mains avec du savon ou une solution hydro alcoolique ;
  • Se couvrir la bouche et le nez avec un mouchoir en papier (qui sera jeté dans une poubelle) lors d’une toux ou d’un éternuement.

Il n’existe pas de traitement préventif proprement dit.

 

Protection

Il existe deux types de masques :

  • Masque chirurgical : il est destiné aux personnes malades afin d’éviter la transmission du virus à des personnes saines ;
  • Masque FFP2 : il est destiné aux professionnels (personnel soignant, services de secours etc.) qui pourraient se retrouver en contact régulier et rapproché avec des personnes malades en cas de pandémie.

 

Vaccination

Un vaccin sera probablement disponible à partir de la mi octobre 2009, après sa production et la réalisation d’une phase de tests de tolérance chez l’homme. Chez la femme enceinte, l'utilisation d'un vaccin fragmenté sans adjuvant doit être privilégiée.

Plusieurs questions restent encore en suspens concernant la vaccination des femmes enceintes :

  • Le vaccin sans adjuvant recommandé chez la femme enceinte sera délivré plus tardivement et en quantité limitée. Faut-il en attendant les vacciner par le vaccin avec adjuvant ou plutôt attendre l'arrivée du vaccin sans adjuvant ?
  • Il est recommandé lorsque les données épidémiologiques justifient une vaccination urgente d'utiliser le vaccin avec adjuvant pour les femmes enceintes à partir du deuxième trimestre de grossesse. Or, il semble que le nombre de nouveaux cas soit en diminution.

 

Conseils aux voyageurs

La France conseille la prudence aux voyageurs qui se rendent sur les pays ou zones pandémiques.

L’OMS ne recommande pas à ce jour de restreindre les voyages. Aucune recommandation autre que la prudence n’est émise également au niveau Européen.

Il est bon de rappeler les mesures d’hygiène et de prudence :

  • Eviter tout contact avec une personne malade ;
  • Se laver régulièrement les mains avec du savon ou une solution hydro alcoolique, aérer les lieux de vie ;
  • Se couvrir la bouche et le nez avec un mouchoir en papier (qui sera jeté dans une poubelle) lors d’une toux ou d’un éternuement ;
  • En cas de fièvre ou de symptômes grippaux, consulter un médecin localement ;
  • Prendre conseil auprès de l’ambassade ou du consulat de France sur place.

Au retour d’un pays ou zone pandémique, en cas de syndrome grippal survenant dans les 7 jours, prendre contact avec votre médecin traitant ou le centre 15 de votre département.

 

Les dangers potentiels de la grippe A (H1N1)

Les dangers potentiels de la grippe porcine A (H1N1) sont :

  • Le pronostic vital peut être mis en jeu dans ses formes sévères ;
  • Risque de mutation du virus, devenant alors résistant aux traitements antiviraux disponibles ;
  • Risque de mutation avec augmentation de sa virulence.

 

Traitement

Le traitement repose sur le traitement des symptômes. La plupart du temps, le malade doit rester à son domicile, se reposer, boire beaucoup d’eau et prendre un antalgique afin de soulager les douleurs. Le port d'un masque est recommandé car il permet d’éviter la transmission du virus à des personnes saines. Il faut éviter le contact avec d'autres personnes.

Le traitement antiviral n'est pas systématique. Il est prescrit à titre thérapeutique dans les formes graves ou en cas d'infection banale mais avec des facteurs de risque de complications. L'état de grossesse est considéré lui même comme un facteur de risque de gravité, ce qui justifie un traitement curatif d'emblée, quelque soient l'importance des signes de la grippe A (H1N1) et le trimetre de la grossesse.

Il est prescrit à titre préventif aux personnes présentant des facteurs de risque de complications ayant été en contact d'une personne malade.

Les formes graves nécessitent une hospitalisation.

Le traitement est prescrit alors après une consultation spécialisée et un diagnostic réalisés par un médecin, dès l’apparition des premiers symptômes.

Le Tamiflu® 75 mg permet de stériliser le virus et de réduire les signes cliniques en 24 à 48h. Il diminue la contagiosité du malade. Lorsqu'il est prescrit pour une forme modérée non compliquée, il doit l'être dans les 48 heures suivant l’apparition des premiers symptômes et pas au-delà. Pour les formes graves ou compliquées, il n’existe pas de délai pour la mise sous traitement antiviral.

L’agence européenne du médicament a donné un avis favorable concernant le traitement par ces antiviraux des femmes enceintes, en cas de pandémie grippale déclarée (phase 6 de l’OMS).

Tout effet indésirable grave ou inattendu doit être déclaré aux centres régionaux de pharmacovigilance.

 

Anglais

Influenza H1N1 virus and pregnancy

 

A lire aussi

 

Sources

Site de l'organisation mondiale de la santé : http://www.who.int/csr/disease/swineflu/fr/

Site du ministère de la santé et des sports : http://www.sante-sports.gouv.fr/

Site de l'institut de veille sanitaire : http://www.invs.sante.fr/

Conseils pour les peronnes malades : http://www.sante-sports.gouv.fr/

0
Pages
0
Gynécologie
0
Obstétrique
0
Fertilité
0
Images

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.