Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Généralités

La grossesse représente une période de vulnérabilité nutritionnelle en raison de l’interdépendance de l’état nutritionnel du fœtus et de sa mère ainsi que de la nécessité (parfois) de devoir modifier certaines habitudes et comportements alimentaires.

Ainsi, la malnutrition maternelle est un problème majeur, particulièrement dans les pays en voie de développement les plus pauvres. A l’inverse, dans les pays industrialisés, c’est l’hypernutrition aboutissant à l’obésité qui pose souvent un problème et augmente la morbi-mortalité fœto-maternelle.

 

Objectifs de l’OMS (organisation mondiale de la santé)

-          Réduire le nombre d’enfants présentant un retard de croissance

-          Réduire la prévalence de l’anémie chez les femmes en âge de procréer

-          Réduire le taux d’insuffisance pondérale à la naissance (retard de croissance intra utérin)

-          Augmenter le taux de l’allaitement

-          Réduire le taux de dénutrition aigue de l’enfant.

 

Prise de poids pendant la grossesse

La prise de poids de la femme enceinte ainsi que l’estimation du poids fœtal à l’échographie représentent des éléments de surveillance obstétricale du suivi de la grossesse. Le gain pondéral recommandé donne une idée de l’alimentation pendant la grossesse, mais ne reflète pas précisément la quantité et la qualité de cette dernière.

La prise de poids recommandée dépend de l’IMC (Indice de masse corporelle) initial :

IMC < 19,8 kg/m2 : 12,5 à 18 kg

IMC entre 19,8 – 26 kg/m2 : 11,5 à 16 kg

IMC entre 26 – 29 kg/m2 : 7 à 11,5 kg

IMC > 29 kg/m2 : moins de 6 kg.

Pour les grossesses gémellaires la prise de poids recommandée est de 16 à 20,5 kg.

Les besoins énergétiques ont été définis par le « programme national nutrition santé » ainsi que par l’agence française de sécurité sanitaire des aliments.

 

Eléments constituants les aliments

Les macronutriments :

  • Lipides ;
  • Glucides ;
  • Protéines et acides aminés.

Les micronutriments :

Ils n’ont pas de valeur énergétique mais sont indispensables à l’organisme.

  • Les vitamines ;
  • Les minéraux ;
  • Les oligo-éléments.

 

Besoins alimentaires

Macronutriments

Lipides

Il faut savoir distinguer entre :

  • Les graisses visibles : celles qui sont ajoutées aux aliments (huile, beurre etc.) ;

  • Les graisses cachées : celles qui sont présentes dans l’aliment (noix, avocat, olive viande, fromage etc.), ou ajoutées dans un aliment préparé sans que l’on puisse les distinguer (barre chocolatée, dessert etc.).

Glucides

Il faut distinguer les glucides simples (sucres rapides) et les glucides complexes (sucres lents).

Les apports en glucides doivent représenter plus de 50% des calories et doit dépasser 200 g/j.

Une exagération de l’hyperinsulinisme physiologique de la dernière partie de la grossesse peut favoriser le risque de survenue d’un diabète gestationnel et d’une macrosomie fœtale.

Protéines et acides aminés

Le besoin supplémentaire par rapport aux besoins d’une femme en dehors de la grossesse (qui sont d’environ 50 g/j) est relativement faible :

  • 1er trimestre : 1,2g/j ;
  • 2ème trimestre : 6,1 g/j ;
  • 3ème trimestre : 10,7 g/j.

Micronutriments

Acide folique

La supplémentassions en Acide folique pendant la période périconceptionnelle permet de réduire de 72% les anomalies de fermeture du tube neural (taux de 14,08 pour 10 000 naissances en France).

La supplémentation recommandée est de 400 μg/j, en période périconceptionnelle.

Fer

La prévalence des anémies en France est de 1,% au 1er trimestre de la grossesse et d’environ 9% au 3ème trimestre. La présence d’une anémie en cours de la grossesse multiplie par 3 le risque d’accouchement prématuré et d’un faible poids de naissance.

La supplémentation en fer n’est pas systématique, car en l’absence de carence en fer elle peut provoquer une hémoconcentration avec un risque d’hypertension artérielle, de pré éclampsie et de retard de croissance intra utérin.

Vitamine D

Les doses recommandées sont de 200 à 400 UI/j et peuvent être administrées en dose unique de 100 000 UI de vitamine D au 6ème mois de grossesse.

Calcium

Pas de recommandations en dehors d’une supplémentassions en calcium de 1 g/j dans les zones où les femmes ont un régime carencé.

Iode

Il n’y a pas de recommandations spécifiques mais un apport en début de grossesse est conseillé.

Magnésium, vitamine A, Zinc

Il n’y a aucune preuve d’un effet bénéfique d’une supplémentassions en Magnésium, vitamine A ou en Zinc pendant la grossesse.

DHA

En France, il n’y a pas de recommandations spécifiques.

 

A lire aussi

 

Source

CNGOF 2013

OMS : http://apps.who.int/rhl/pregnancy_childbirth/antenatal_care/nutrition/glcom/fr/index.html

0
Pages
0
Gynécologie
0
Obstétrique
0
Fertilité
0
Images

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.