Note utilisateur: 4 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles inactives
 

Définition

Il s’agit de l’ablation chirurgicale d’un kyste de l’ovaire.

 

Indications

Une kystectomie ovarienne est indiquée dans trois cas de figure :

  • Kyste ovarien d’aspect fonctionnel, persistant pendant plus de trois mois ;
  • Kyste ovarien d’aspect organique, mais non suspect de malignité (kyste séreux, kyste endométrioïde, kyste mucineux, kyste dermoïde) ;
  • En urgence, devant la survenue d’une complication aigue (torsion d’annexe, hémorragie interne etc.).

 

Voies d’abord

La technique de référence est la coelioscopie. Une lapatotomie est pratiquée lorsque le volume du kyste est très important ; lorsqu’il existe un doute quant à la bénignité du kyste ou en cas de difficulté opératoire.

 

Technique

  • La kystectomie proprement dite est précédée par l’exploration de la cavité abdomino-pelvienne et par la réalisation d’un prélèvement cytologique du liquide péritonéal.
  • Kyste ovarien gauche endometriosiqueKyste endométriosique de l'ovaire gauche
  • Examen visuel du kyste et de l’ovaire controlatéral ;
  • La kystectomie peut être effectuée directement à kyste fermé, ou après ponction évacuatrice du liquide kystique ;
  • Incision de la coque ovarienne dans le bord libre de l’ovaire puis décollement progressif de la paroi du kyste dans le plan de clivage entre le kyste et l’ovaire sain ;
  • Coagulation progressive des vaisseaux sanguins ;
  • Clivage progressif du kyste du reste du tissu ovarien jusqu’à son ablation complète ;
  • Ovaire gauche apres kystectomieOvaire gauche après kystectomie par coelioscopie
  • Extraction du kyste à l’intérieur d’un sac en cas de coelioscopie ;
  • Vérification de l’absence de saignement ;
  • L’ovaire n’est pas suturé en cas de coelioscopie, car la cavité laissée par l’ablation du kyste cicatrise très bien spontanément.

Il faut éviter la rupture accidentelle du kyste en cours de l’intervention afin de ne pas disséminer le liquide intra kystique dans la cavité abdominale. La pièce opératoire est toujours adressée pour un examen anatomopathologique. Cet examen est demandé en cours d'intervention (examen extemporané) lorsqu'il existe un doute sur la bénignité du kyste. Si le kyste s'avère de type border line ou malin, le geste opératoire est élargi.

kyste ovarien epidermique

Kyste épidermique de l'ovaire

 

Risques et complications

Comme chaque intervention chirurgicale, une kystectomie ovarienne comporte certains risques. Ces risques sont rares.

  • Risque d’hémorragie, survenant en cours d’intervention ou en post-opératoire. La survenue d’une hémorragie peut nécessiter une ré intervention ou parfois l’ablation de l’ovaire (ovariectomie) ;
  • Risque de rupture accidentelle du kyste en cours d'intervention se compliquant exceptionnellement d'une péritonite chimique ou d'une dissémination tumorale ;
  • Risque d’infection, se manifestant par une douleur pelvienne et de la fièvre ;
  • Très rarement, une kystectomie peut provoquer une infertilité par la survenue d’adhérences pelviennes ou par la survenue d’une insuffisance ovarienne ;
  • Risques liés à l’anesthésie : allergie, infection…
  • Dans tous les cas, n’hésitez pas à appeler votre chirurgien si vous suspectez la survenue d’une complication.

 

Kystectomie et fertilité

Les kystes endomètriosiques peuvent être retrouvés dans le cadre de l’exploration de la fertilité. Leur ablation est préconisée lorsqu’ils dépassent 3 à 5 cm de diamètre.

Les conséquences d’une kystectomie sur la fertilité se manifestent à deux niveaux :

  • Diminution de la taille du parenchyme (tissu) ovarien et donc de la réserve ovarienne. Une kystectomie doit être la plus économe en parenchyme ovarien chez la femme jeune désirant une grossesse ;
  • La survenue d’adhérences pelviennes post opératoires, pouvant dans de rares cas altérer la fertilité.

 

Kystectomie et grossesse

Il est banal de découvrir un kyste du corps jaune (kyste fonctionnel) lors de l’échographie du premier trimestre de la grossesse. Ces kystes disparaissent spontanément. Les marqueurs tumoraux sont inutilisables car ils augmentent systématiquement en cas de grossesse.

Une coelioscopie peut être effectuée jusqu’à 17 semaines d’aménorrhée en cas d’indication opératoire (kyste suspect ; taille supérieure à 6 cm ; survenue d’une complication aigue). Au delà, on procède à une laparotomie.

Lorsqu’un kyste est découvert fortuitement en cours de césarienne, il doit faire l’objet d’une kystectomie dans le même temps opératoire.

 

A lire aussi

  • Aucun commentaire sur cet article.
Ajouter un commentaire