Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

Définitions

Le col de l’utérus correspond au segment le plus bas de l’utérus. Sa partie superficielle se trouve au fond du vagin. Le col utérin est facilement accessible à l’examen gynécologique, à l’aide d’un spéculum.

Un cancer du col utérin correspond au développement de cellules anormales dans le col de l’utérus, caractérisées par un pouvoir de prolifération anarchique.

Le col utérin est constitué de trois types de tissus :

Réagissez (0) Clics: 20614

Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

Définition

Le cancer du sein est une tumeur maligne se développant à partir des cellules constituant la glande mammaire. Les cellules malignes se multiplient de manière anarchique et forment la tumeur.

Lorsqu’un cancer du sein n’est pas traité, les cellules tumorales se propagent localement et envahissent les organes de voisinage (extension locale puis extension régionale). Elles peuvent également se propager par voie sanguine ou lymphatique (extension générale) pour atteindre les organes situés à distance (métastases). Les organes les plus fréquemment atteints par les métastases sont les os, les poumons, le foie et le cerveau.

Réagissez (0) Clics: 9817

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Généralités

Avec les progrès de la génétique et de la médecine, de plus en plus de « maladies » ou de « causes » génétiques sont retrouvées à l’origine de différentes pathologies. Les progrès effectués notamment en matière de dépistage des maladies à partir de leurs facteurs de risques, font aussi parfois appel à la génétique.

Ce chapitre est consacré à la consultation d’oncogénétique dans le domaine de la gynécologie.

Réagissez (0) Clics: 3670

Note utilisateur: 4 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles inactives

Introduction

Madame,

Ce document reprend les éléments que nous avons développés lors de notre consultation. Il vise à vous expliquer les avantages de la technique du « ganglion sentinelle » par rapport à la technique standard du « curage axillaire ».

Le traitement chirurgical du cancer du sein repose sur l’ablation de la tumeur primitive ainsi que sur l’ablation des ganglions situés dans l’aisselle du même côté.

L’ablation et l’analyse de ces ganglions permettent d’une part, le contrôle local de la maladie (sein et région de l’aisselle), et d’autre part, de déterminer le stade du cancer. Les résultats d’analyse de ces ganglions permettent de déterminer le type de traitement complémentaire éventuel à administrer après l’intervention.

Réagissez (1) Clics: 20637

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Généralités

Les gènes BRCA I et BRCA II sont deux gènes impliqués dans les formes héréditaires de cancer du sein et de l’ovaire.

Le risque dans la population générale de développer un cancer du sein est de 12% et celui d’un cancer de l’ovaire est de 1,4%. Ces risques sont augmentés chez une femme présentant une anomalie des gènes BRCA I ou BRCA II.

Réagissez (0) Clics: 4138

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Définition

Les anti-aromatases (ou inhibiteurs de l’aromatase) sont des molécules qui sont utilisées dans le cadre du traitement complémentaire du cancer du sein.

On distingue :

  • les anti-aromatases de type I : de type stéroïdien (Aromasine) ;
  • les anti-aromatases de type II : de type non stéroïdien (Arimidex, Femara).

Réagissez (0) Clics: 5080

Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

Définition

Substances sécrétées dans le sang par des cellules le plus souvent tumorales (cellules cancéreuses). Ces substances sont dosées généralement dans le sang et peuvent évoquer l’existence d’un cancer, d’une récidive de cancer ou de certaines affections bénignes.

Un taux élevé d’un marqueur tumoral ne permet pas de poser le diagnostic d’un cancer. A l’inverse, un taux normal d’un marqueur tumoral n’exclue pas la présence d’un cancer.

La sensibilité et la spécificité des marqueurs actuellement disponibles n’atteint pas 100 %. Ils sont habituellement absents ou présents à l’état de traces chez un sujet sain.

Les marqueurs sont recherchés par une simple prise de sang.

Réagissez (0) Clics: 18306

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Le président François Hollande a dévoilé le 4 février 2014 le troisième plan cancer qui porte sur la période 2014 - 2019. Ce nouveau plan devrait particulièrement mettre l’accent sur la lutte contre l’inégalité sociale face à la maladie : le cancer.

Cet article résume les aspects relatifs à la gynécologie-obstétrique du troisième plan cancer.

Réagissez (0) Clics: 3960
0
Pages
0
Gynécologie
0
Obstétrique
0
Fertilité
0
Images

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.