Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

anti inflammatoiresGénéralités

Les anti-inflammatoires sont des médicaments couramment utilisés dans le traitement des douleurs articulaires et lombaires, de la fièvre, des migraines, des céphalées, des douleurs post-traumatiques, des affections ORL (otites, angine, sinusites), douleurs d’origine dentaires ou gynécologiques.
Certains des anti-inflammatoires sont en vente libre en pharmacie, délivrés sans ordonnance médicale.

Ils sont disponibles le plus souvent sous forme de comprimés ou de gélules, mais peuvent être également administrés par voie cutanée sous forme de pommade, gel ou crème pour application locale et de collyre.

Ce chapitre concerne uniquement les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) à partir du début du 6ème mois de la grossesse.

 

Définitions

Un anti-inflammatoire est une substance ayant des propriétés permettant de combattre l’inflammation.
L’inflammation correspond à un mécanisme de défense de l’organisme face à une agression. Elle se manifeste le plus souvent par une douleur, chaleur, rougeur et par une tuméfaction.

 

Contre-indications

L’Afssaps rappel en avril 2009 que les AINS sont contre-indiqués chez la femme enceinte à partir du début du 6ème mois de la grossesse, soit à partir de 24 semaines d’aménorrhée, et quelque soit leur mode d’administration.

 

Effets secondaires - Risques

Les AINS pris par la mère, provoquent l’inhibition de synthèse des prostaglandines fœtales (tous les AINS, y compris l’Aspirine à une dose supérieure ou égale à 500 mg/j et les inhibiteurs de la Cyclo-Oxygénase 2). Cette inhibition peut provoquer :

  • Constriction du canal artériel avec par conséquent, lorsqu’elle est complète, une mort fœtale in utero, même lorsqu’il s’agit d’une prise unique. Ce risque est d’autant plus important que la prise est proche du terme.
  • Insuffisance cardiaque droite fœtale avec hypertension artérielle pulmonaire, en cas de constriction partielle du canal artériel, avec une évolution parfois mortelle chez le nouveau né.
  • Toxicité rénale avec une diminution du liquide amniotique (oligoamnios ou anamnios) et une insuffisance rénale chez le nouveau né.

 

A lire aussi

0
Pages
0
Gynécologie
0
Obstétrique
0
Fertilité
0
Images

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.